En 2017 la FCC (Commission Fédérale des Communication), a voté l’abolition de la neutralité du Net. Pilier du Web tel qu’il existe aujourd’hui, ce changement de législation va entrainer une modification drastique des habitudes des internautes. En effet, les utilisateurs dépendent des fournisseurs d’accès à Internet (FAI) pour avoir accès à la toile. Ces derniers voient de nombreuses portes s’ouvrir suite à l’abolition du « Network Neutrality », théorisé en 2003 par Tim Wu.

LA FIN D'UN PRINCIPE PHARE

Le 14 décembre 2017 a marqué un tournant dans l’utilisation d’Internet aux États-Unis. La commission fédérale américaine des communications a voté à la majorité l’abolition de la neutralité du net.  En supprimant la neutralité du net, les Américains (la FCC) font une croix sur les principes fondamentaux et fondateurs d’Internet, à savoir  et l’accès gratuit à l’information. Ajit Pai, président de la commission, a beau essayer de rassurer tout le monde, « cela ne va pas mettre fin à l’Internet tel que nous le connaissons. (…) Cela ne va pas étouffer la liberté d’expression en ligne », l’inquiétude grandit. Micode présente dans sa vidéo, les conséquences de l’abolition de la neutralité du net engendrerait.

Les FAI se frottent les mains

Si pour les utilisateurs, le danger est immense, les opportunités pour les fournisseurs d’accès à Internet (FAI) sont multiples. Ils ne pouvaient pas intervenir directement sur la vitesse ou le contenu proposé. Ces derniers proposeront dès lors des tarifs préférentiels garantissant un accès à des sites plus rapides ce qui provoquerait une différenciation prononcée de l’accès à l’information. Le profit va être double pour les FAI : un accès à Internet plus cher et des connexions à leurs contenus plus nombreuses.

Toutes les médias sont sources de revenus

Les revenus en faveur des FAI vont trouver leur source à peu près dans tous les domaines prolifiques tels que les films, la musique ou encore les sites d’actualités en jouant sur la vélocité de l’information. 

Même principe pour le secteur de la musique où chaque FAI possède son propre service. La pratique du « zéro rating » qui consiste à inciter les usagers à consulter des sites plutôt que d’autres en jouant sur le forfait se démocratiserait totalement. La fin de la neutralité du net permettrait d’orienter les usagers dans l’achat de leurs abonnements presse.

UNE DYSTOPIE PAS SI IRRÉALISTE...

Imaginons maintenant l’histoire de Peter Brandson, directeur marketing de Verizon qui doit définir un angle d’approche pour la prochaine stratégie de marque.

1 semaine après le vote :

Après une réunion d’urgence suite au vote de l’abolition de la loi de neutralité du net, Peter a décidé de commander une note d’étonnement au service juridique. Ce rapport présente 3 changements phares depuis le vote de la FCC :

  • Contrôle de la priorité d’accès à certains sites internet
  • Possibilité de contrôler chaque bit de donnée qui passe par les serveurs de la société et donc de censurer du contenu
  • Possibilité de privatiser l’accès à certains sites (faire payer les abonnés pour y accéder)

Ces 3 changements lui permettent de mettre en place les futurs forfaits internet pour la rentrée 2018. Un des responsables marketing propose, durant une réunion, un nouveau système de priorisation de certains sites ce qui permet de créer des forfaits de type « packs ».

Sont donc développés 3 nouvelles offres : l’offre standard qui offre un accès de rapidité normale à internet, un second qui permet de choisir parmi un des 4 packs (loisir, réseaux sociaux, VOD ou travail) donnant un accès prioritaire à quelques sites partenaires ayant la même thématique et le forfait business qui donne un accès à tous les packs et donc une rapidité accrue sur tous les sites web présents dans ces derniers.

8 mois et demi après le vote :

Les nouveaux forfaits sont lancés et malgré les réticences des journalistes et des professionnels du numérique, les ventes sont nombreuses. Les entreprises signent des contrats globaux pour équiper leurs employés en forfaits packs business.  Ce changement en termes de contrôle des données aide grandement la lutte contre le piratage. Les grands studios ayant des accords avec les FAI font pressions pour interdire l’accès aux sites pirates. C’est la fin définitive du site de partage de fichiers illégaux The Pirate Bay.

Les sites de téléchargement illégaux ne survivraient pas à l'abolition de la neutralité du net

5 ans après le vote :

Peter Brandson a réussi son pari. Les américains doivent désormais passer par des packs et souscrire à des options pour avoir accès à tous les sites web avec la meilleure connexion possible. Les petits sites web américains peinent à maintenir un nombre de connexions convenable à cause de la baisse de rapidité générale d’Internet due à la régulation du trafic par les FAI. 

L’Europe planifie un vote prochainement concernant l’abolition de la neutralité du net sur le vieux continent. Les pressions des FAI européennes sur les institutions de l’UE se font de plus en plus importantes et l’abolition de ce principe en Europe ne saurait tarder. Des méthodes alternatives d’accès à internet voient le jour et les pirates, nostalgiques, rêvent du retour d’Internet tel qu’il était auparavant, libre, égalitaire et indépendant.

Catégories : Le numérique de demain